Français

Contexte

Depuis 1987, la Constitution haïtienne précise les deux langues officielles du pays que sont le créole haïtien (langue maternelle de la plupart des haïtiens) et le français (langue de scolarisation). Cependant, le pourcentage de locuteurs bilingues se situerait entre 5 et 15% de la population.

Le créole s’est aujourd’hui imposé comme langue dominante dans la rue et toute situation de la vie quotidienne, y compris chez les locuteurs qui possèdent une bonne maîtrise du français. Si tous les francophones parlent aussi le créole, l’inverse est loin de se vérifier : Haïti reste malheureusement encore frappée de clivage linguistique et le français y demeure trop souvent la langue de l’élite intellectuelle et des classes aisées.

Les aspects oral/écrit constituent une autre ligne de démarcation entre ces deux langues pourtant si proches. Le créole domine ainsi largement le champ oral (y compris à la radio ou dans la chanson) tandis que le français occupe l’espace écrit : langue préférée pour les manuels scolaires, langue de l’administration et des tribunaux.

Outil de promotion sociale et d’intégration à la vie de l’Etat, le français manque pourtant à de très nombreux citoyens. C’est la raison pour laquelle le MENFP a souhaité replacer l’apprentissage du français au sein de sa stratégie linguistique, notamment à travers la communication orale et la lecture.

Principe du module

Conformément aux priorités arrêtées par le MENFP, le module de français est avant tout consacré aux problématiques de la communication orale et de la lecture dans les quatre premières années du fondamental. La construction du savoir par l’élève, la circulation de la parole et le développement du regard critique constituent les piliers de ce module de 7 séances de trois heures chacune (des séances différenciées sont proposées pour les groupes d’enseignants de 1-2e AF et 3-4e AF). En communication orale, la réflexion et la mise en pratique portent sur la création de séquences de communication et leur exploitation en groupes ou classe entière. En lecture, les séances de formation touchent particulièrement les domaines de la lecture d’images, de la lecture orale, des stratégies de lecture de textes et de la compréhension.

A l’instar des autres modules de la formation, le module de français se veut foncièrement pratique et souvent ludique : pendant chacune des séances, les stagiaires sont placés en situation d’expérimentation des activités proposées. Ils opèrent ensuite une réflexion sur ces activités, leurs modalités de mise en oeuvre dans le contexte de la salle de classe, les difficultés et les bénéfices à anticiper, la conformité avec les programmes officiels.

D’un point de vue plus théorique, ce module est également l’occasion de revenir sur des notion clés de la pédagogie telles que le travail de groupe, l’importance de la consigne et de l’évaluation, la mise en commun, l’animation de débat, etc. Les séances permettent également de reclarifier des concepts liés à la didactique du français parfois confus dans l’esprit des enseignants haïtiens : différence entre expression et communication orale, place de la grammaire, stratégies de lecture, notion d’expressivité en lecture, simulation orale, compréhension de texte…

Enfin, ce module propose un certain nombre d’exercices-outils et de séquences complètes récurrentes qui doivent permettre aux enseignants de mieux systématiser certains processus d’apprentissage et d’inciter au passage par des étapes d’apprentissage intermédiaires souvent négligées.

  • Concepteur du module: David LASSERRE  – contact